cerveau


Anne-Lise POLO

Neurothérapeute

5 ter, avenue des Trois Fontaines
F-74600 Seynod


Prochaine conférence

Les enjeux cérébraux de la petite enfance : Tout se joue avant 3 ans…

23 mars 2018 à 20h
Salle Yvette Martinet
15 avenue des îles, Annecy

Participation 8 €

En 1970, le psychologue américain Fitzhugh Dodson publiait son livre intitulé Tout se joue avant six ans qui allait devenir un bestseller mondial, suivi dans les années suivantes par d’autres livres sur l’art d’être parents. Le titre choc choque et fut critiqué, car certes rien ne se joue jamais définitivement et une fois pour toute. Toutefois, nous savons de façon certaine que les années de la petite enfance sont cruciales pour le développement psychologique même si rien n’est joué.

suite...






La neurothérapie

La neurothérapie: pourquoi ?

Pour régler un problème dont l'origine est cérébrale, il faut adopter une approche qui s'adresse directement au cerveau. La neurothérapie vise à dialoguer avec le cerveau par l'intermédiaire du système nerveux périphérique. Elle s'appuie sur les fonctions sensorielles et motrices. Elle permet de "rebrancher" le cerveau en stimulant les fonctions cérébrales. Prendre le problème à la source est le meilleur moyen de le régler!

La neurothérapie: pour qui ?

La recherche actuelle accorde une immense importance aux processus chimiques qui président au fonctionnement cérébral ce qui induit le recours à la médication pour palier à des dysfonctionnements. Qu’on pense seulement à l’usage du prozac pour les dépressifs ou de la ritaline pour les hyperactifs. Parallèlement des recherches en neurosciences se développent en électrothérapie avec la Stimulation magnétique transcranienne (stimulation électrique de certaines zones cérébrales à partir du crâne dans les cas d’AVC ou avec certaines dépressions) ou encore des méthodes plus invasives de stimulations électriques intracérébrales (maladie d’Alezheimer ou de Parkinson avec implantation d’électrodes dans certaines zones du cerveau).

La neurothérapie est une technique alternative en particulier pour ceux ou celles qui se montrent pharmaco-résistants. Elle vise la rééducation cérébrale et s’applique tout aussi bien aux problèmes liés au stress, aux troubles émotionnels, à l’anxiété, à la dépression qu’aux pathologies d’origine cérébrale comme la paralysie cérébrale, les troubles envahissant du développement, le déficit d’attention, l’hyperactivité, l’autisme, la dyslexie, la déficience intellectuelle, etc.

Qu'est-ce que la neurothérapie?

Il existe différentes approches qui entrent dans la catégorie des neurothérapies. Les plus connues reposent sur une stimulation audio-visuelle qui permet de favoriser la synchronisation des ondes cérébrales (neurofeedback, EMDR, IMO etc.).

Des approches thérapeutiques basées sur la rééducation du mouvement se sont développées à partir des années quarante et cinquante sur la base de postulats de la science (Piaget, Fay, Vigotsky, Luria etc.) faisant du développement moteur le fondement de l’évolution et de la maturation cérébrale. C’est le cas du Braingym (kinesiologie,France), de la DDPT (Doman and Delacato Patterning Therapy, USA), de la réorganisation neurofonctionnelle (approche Padovan, Brésil), du body-mind centering approach (Bainbridge Cohen, USA), ou la pédagogie développementale (Fejleszto Pedagógia, Hongrie).

C'est avec les recherches sur les réflexes infantiles que le travail de rééducation neurofonctionnelle connait ses plus d'importants succès, notamment après des atteintes particulièrement graves du système nerveux et souvent considérées comme incurables (comme la paralysie cérébrale par exemple) : les plus reconnus sont the Neuro-developmental Treatment (Bobath, GB), la méthode de la locomotion réflexe (Votja, Allemagne) et de la MNRI (Masgutova neurosensorimotor Reflex Integration, Pologne).

Formée à l’approche Padovan et à la méthode Masgutova, Anne-Lise Polo s’inspire de ces différentes approches et les combine en utilisant à la fois des techniques de rééducation du mouvement et la stimulation sensorielle (tactile, visuelle, auditive et proprioceptive). La rééducation s'opère à travers un dialogue avec le cerveau et l'intégration des fonctions sensorimotrices qui sont à la base du développement cérébral. Elle vise à refaire des chemins neurologiques qui pour une raison ou une autre n'ont pas été établis correctement durant l'enfance (maladie, problème congénital) ou ont été affectés par un traumatisme physique ou émotionnel. Elle permet de corriger des dysfonctionnements ou de diminuer des pathologies, voire de réduire ou même éviter des dysfonctionnements pour des bébés lésé-cérébraux ou considérés comme à risque (trisomie, naissance prématurée, etc..).